Nous avons poli les facettes du diamant

Ποίησις  poesis  gedicht  poetry  poesia  şiir  poésie. Nous sommes l’entrée en poésie ! Et cette porte singulière, ce s’ouvre à la hauteur d’un cœur qui pense. En ce week-end de grâce 26 et 27 septembre 2020, Julie, Vanessa, Sarah et Sarah, Antoine et Murat, nous avons descendu l’escalier en spirale à l’intérieur du ventre de l’espace-monde. Ce lieu étrange d’inconnu et pourtant déjà si familier, mélange d’intimité, d’intuition et de génie. Tels des apprentis magiciens, nous avons restitué, genou à terre, la profondeur du vivant au réel. Sa profondeur et ses nuances. Sa complexité.

Guidés par un maestro d’une générosité exceptionnelle, nous avons arpenté un labyrinthe d’exercices aussi subtils que nécessaires. Nous avons poli les facettes du diamant. À dévoiler nos différents univers poétiques – styles, formes, textures et couleurs –, à mettre à nu nos âmes que nous avons confrontées un peu comme on croiserait le sabre, nous avons tressailli, nous avons transmué, nous avons produit une dilatation de ce qu’est véritablement la poésie et l’avons replacée à sa juste et pleine valeur. À sa puissance verticale.

La poésie, c’est prendre à bras le corps l’amour de la vie. Se laisser vibrer, traverser, transpercer. Se remplir d’essence ciel et terre. « C’est aimer comme l’amour aime (1) ».

« Là où la montagne dépasse du mot qui la désigne se trouve un poète », disait Odysseus Elytis. Tout est dit de l’expérience que nous avons vécue. À votre tour maintenant. Et je lance un merci irrévérencieux à l’organisateur de ce moment hors du commun.

(1) p. 98 / Prendre feu / Ed. Gallimard