Une valise pleine d’outils et une posture d’écriture

Stage « Autobiographie »! Pierre Fankhauser ! Distylerie ! Juillet 2020 ! Du pur bonheur. Je suis rentrée à la maison une valise pleine d’outils dans la main droite, une posture d’écriture bien ancrée dans la main gauche. Équilibre des forces, toujours !

Cette semaine d’atelier, c’est un jaillissement d’espaces-temps, une explosion des perceptions sur le chemin de notre propre écriture. Les mots d’ordre sont lancés : décontraction – concentration – expansion – tempo. Un rythme souffle entre temps d’écriture, lectures de nos textes, observations du prof, commentaires du groupe, transmission de connaissances et partage d’expériences aléatoires. Et de l’humour. Et de l’émotion. Du beau verbe. Des exercices malins malins l’air de rien, qui nous aspirent progressivement vers soi et hors de soi, dans ces profondeurs de nos mots, du langage, des sons, des images. Des odeurs. Du papier. De la narration et des personnages. Voilà où Pierre veut nous emmener.

Retour à soi. Pourquoi écris-tu toi ! J’ai pris, j’ai appris, j’ai compris. Une liberté fondamentale. Une puissance. Celle de pouvoir me décoller de la vérité de ma biographie, celle de pouvoir-déborder-transformer-déformer la vérité de ma vie – un fait, un événement, un choc, une joie – en fiction, en éléments fictionnels structurés et intéressants pour vous chère lectrice, cher lecteur. J’ai appris à jouer. Écrire, me disait un ami, c’est une pensée au travail. J’ai appris durant ces cinq jours à la Distylerie à jouer ma pensée au travail. Dans un endroit au bord de la Saône magnifique et propice à la merveille ! Un immense merci, Pierre. Et à bientôt !